Tiara

de Diego Ortiz et Hernan Zambrano
2020

Tiara est une œuvre interactive et lumineuse qui réagit en temps réel à son environnement immédiat, grâce à un capteur de qualité de l’air et à une programmation numérique. Questionnant notre rapport à ce monde invisible, cette œuvre produit des variations lumineuses concentriques, du vert au rouge, inhérentes à la qualité ou la dégradation de l’air ambiant. Tiara se compose de matériaux légers, flexibles et durables, en s’appuyant sur des composants en microélectronique à faible impact environnemental.

Mise à jour : 27/05/2022
Programmation
Journées du Patrimoine 2021, Fondation Matrice Fondation Matrice, Atelier Barillet (France), 2021
Expérience in situ
Autre
Tout public
Sans parole
Contact pour la diffusion

Références

Programmation
Journées du Patrimoine 2021, Fondation Matrice Fondation Matrice, Atelier Barillet (France), 2021

Modalités techniques

Expérience in situ
Expérience
Modalités
À plusieurs - En solo
Interactivité
Interactive
Public
Catégories
Tout public
Prix
Mode de tarification
Prix fixe
Prix
À partir de 750€
Langues
VO
Sans parole
Doublage
Sous-titrage
Équipe
Interprète
oui
Mediateur
oui
Technicien
oui
Matériel
Équipement
Autre
Surface minimum
de 5 m2 à 9 m2
Connexion internet
Non requise pour diffuser la création
Cette création peut faire l'objet d'un atelier.

En savoir plus

Tiara est une œuvre interactive et lumineuse qui réagit en temps réel, grâce à un capteur de qualité de l’air et à une programmation informatique.

Blanche et d’environ un mètre de diamètre, cette pièce rappelle, de par sa forme tressée et circulaire, le nid d’un oiseau jardinier.

Au centre de cette composition épurée, se trouve un capteur de qualité de l’air de petite taille.

Accrochée au mur, Tiara répond à son environnement immédiat. Elle traduit les données qu’elle capte de la pollution de l’air
en ambiances colorées via à un système d’éclairage au LED.
Le spectateur est invité à contempler les variations lumineuses concentriques, inhérentes au comportement singulier de cette pièce.

Lorsque la qualité de l’air est médiocre, apparaît la pulsation d’un cercle rouge au centre de la pièce. Inversement, lorsque la qualité de l’air est optimale, la lumière déborde de cette zone centrale, et diffuse une lumière proche du cyan, créant une relation intuitive et matérialisant ce phénomène invisible. Le rythme des variations chromatiques évoque celui des respirations : un mouvement lent accompagne les changements de spectre si la qualité est bonne, tandis que sa fréquence s’accélère si la qualité se détériore.

Ces effets favorisent la compénétration du spectateur avec cette œuvre «vivante». Tiara suggère alors une prise de conscience, un changement de comportement vis-à-vis de nos habitats.

Passer du temps auprès de Tiara, l’oublier et poursuivre ses habitudes comportementales, puis percevoir des changements d’état inopinés. Cette œuvre nous incite à regarder la fragilité de l’environnement de notre oikos (maison). Elle devient une couronne qu’on dépose pour valoriser notre air. Conférer cette distinction à l’air, l’un de nos biens les plus précieux, est une manière de lui rendre hommage. Tiara nous rappelle l’importance de préserver l’environnement pour notre propre bien-être.

Crédits

Réalisation
D O
Auteur
Diego Ortiz
H Z
Auteur
Hernan Zambrano
 
Vous pourriez aussi être intéressé ...
Vous pourriez aussi être intéressé ...