D’après une œuvre littéraire

par Institut Français - 09/2022

Les œuvres littéraires sont sources d’inspiration pour de nombreux artistes de la création numérique. Œuvres graphiques, romans, poèmes ou textes philosophiques  : les récits prennent vie dans des créations numériques de tous genres, qui permettent de renouveler le rapport à ces œuvres et de les rendre accessibles au plus grand nombre.

IFdigital
13 créations
2 pros

Du dessin

À l'image animée

Les œuvres graphiques nourrissent les imaginaires des artistes de la création numérique, qui donnent vie aux esthétiques proposées dans les bandes dessinées et les romans graphiques grâce aux technologies du numérique.

Homo Machina, produit par le studio Darjeeling et Arte France, est une adaptation de l'oeuvre graphique Der Mensch Als Industriepalast (1926) de Fritz Kahn, père de l’infographie moderne. Ce jeu tactile d’exploration se déroule dans le corps humain figuré comme une grande machine industrielle, pour en comprendre les rouages. 
Le studio Darjeeling propose également de plonger dans le livre à succès Pierre the Maze Detective  avec le jeu vidéo Labyrinth City, où le joueur doit résoudre des énigmes dans un gigantesque dédale au graphisme unique. 
C’est dans un autre labyrinthe, aux flèches énigmatiques et monumentales, qu’invite à s’immerger l'œuvre en réalité virtuelle SENS VR, de Charles Ayats et Armand Lemarchand, inspirée de la BD éponyme de Marc-Antoine Mathieu.
Le jeu vidéo Blacksad, produit par Pendulo studios et YS Interactive, nous invite quant à lui à incarner le chat détective le plus célèbre de la BD dans un jeu vidéo d’exploration au cœur des bas-fonds de New York. 
C’est enfin l’univers du célèbre auteur et illustrateur jeunesse Serge Bloch qui s’anime avec La grande histoire d’un petit trait et Moi, j’attends produits par le studio Bachibouzouk.
Si vous êtes intéressés à mener des projets (expositions, festivals,  etc.) autour du livre innovant, des professionnels français peuvent vous accompagner, à l’instar de Colombine Depaire, spécialiste de ces nouveaux formats.

Les œuvres graphiques nourrissent les imaginaires des artistes de la création numérique, qui donnent vie aux esthétiques proposées dans les bandes dessinées et les romans graphiques grâce aux technologies du numérique.

Homo Machina, produit par le studio Darjeeling et Arte France, est une adaptation de l'oeuvre graphique Der Mensch Als Industriepalast (1926) de Fritz Kahn, père de l’infographie moderne. Ce jeu tactile d’exploration se déroule dans le corps humain figuré comme une grande machine industrielle, pour en comprendre les rouages. 
Le studio Darjeeling propose également de plonger dans le livre à succès Pierre the Maze Detective  avec le jeu vidéo Labyrinth City, où le joueur doit résoudre des énigmes dans un gigantesque dédale au graphisme unique. 
C’est dans un autre labyrinthe, aux flèches énigmatiques et monumentales, qu’invite à s’immerger l'œuvre en réalité virtuelle SENS VR, de Charles Ayats et Armand Lemarchand, inspirée de la BD éponyme de Marc-Antoine Mathieu.
Le jeu vidéo Blacksad, produit par Pendulo studios et YS Interactive, nous invite quant à lui à incarner le chat détective le plus célèbre de la BD dans un jeu vidéo d’exploration au cœur des bas-fonds de New York. 
C’est enfin l’univers du célèbre auteur et illustrateur jeunesse Serge Bloch qui s’anime avec La grande histoire d’un petit trait et Moi, j’attends produits par le studio Bachibouzouk.
Si vous êtes intéressés à mener des projets (expositions, festivals,  etc.) autour du livre innovant, des professionnels français peuvent vous accompagner, à l’instar de Colombine Depaire, spécialiste de ces nouveaux formats.

Inspiré d’une œuvre littéraire

D’hier ou d’aujourd’hui

Les classiques de la littérature, les essais philosophiques ou la fiction littéraire moderne inspirent les  artistes de la création numérique.

Mêlant jeu vidéo et construction traditionnelle, L’allumeur de réverbères est une installation interactive qui revisite l’univers dépeint par l’autrice américaine Maria Susanna Cummins dans son œuvre éponyme publiée en 1854.
Questionnant les liens entre les rôles de spectateur, de témoin et de complice, The Hangman at Home est une expérience en réalité virtuelle inspirée du poème de Carl Sandburg du même nom. 
La webcréation La cigale, la fourmi et la Covid revisite quant à elle, avec humour et ironie, les Fables de La Fontaine pour traiter de la crise sanitaire, à l’occasion du 400e anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine. 
Ce sont les écrits du philosophe allemand Walter Benjamin qui ont inspiré le webdocumentaire L’Écran et la fumée, voyage numérique en littérature qui interroge la  reproductibilité technique des œuvres d’art, chère au philosophe.
Avec La Ballade de l’Ombre, le musicien Benoit Carré a.k.a SKYGGE s’inspire du conte d’Andersen L'Ombre  pour proposer, un concert immersif mêlant musique et intelligence artificielle à la création visuelle du collectif d'art numérique OYE. 
Enfin, l’oeuvre en réalité augmentée M.O.A (My Own Assistant) de Charles Ayants est une adaptation du roman dystopique d’Alain Damasio Les Furtifs, qui plonge le spectateur dans le monde de 2040 où une intelligence artificielle guide chacun de ses choix : décisions, relations, achats - plus rien n’est laissé au hasard. L’auteur à succès inspire aussi les studios Small Bang et The Neb, qui travaillent actuellement à l’adaptation en bande défilée de La Horde du Contrevent.

Les classiques de la littérature, les essais philosophiques ou la fiction littéraire moderne inspirent les  artistes de la création numérique.

Mêlant jeu vidéo et construction traditionnelle, L’allumeur de réverbères est une installation interactive qui revisite l’univers dépeint par l’autrice américaine Maria Susanna Cummins dans son œuvre éponyme publiée en 1854.
Questionnant les liens entre les rôles de spectateur, de témoin et de complice, The Hangman at Home est une expérience en réalité virtuelle inspirée du poème de Carl Sandburg du même nom. 
La webcréation La cigale, la fourmi et la Covid revisite quant à elle, avec humour et ironie, les Fables de La Fontaine pour traiter de la crise sanitaire, à l’occasion du 400e anniversaire de la naissance de Jean de La Fontaine. 
Ce sont les écrits du philosophe allemand Walter Benjamin qui ont inspiré le webdocumentaire L’Écran et la fumée, voyage numérique en littérature qui interroge la  reproductibilité technique des œuvres d’art, chère au philosophe.
Avec La Ballade de l’Ombre, le musicien Benoit Carré a.k.a SKYGGE s’inspire du conte d’Andersen L'Ombre  pour proposer, un concert immersif mêlant musique et intelligence artificielle à la création visuelle du collectif d'art numérique OYE. 
Enfin, l’oeuvre en réalité augmentée M.O.A (My Own Assistant) de Charles Ayants est une adaptation du roman dystopique d’Alain Damasio Les Furtifs, qui plonge le spectateur dans le monde de 2040 où une intelligence artificielle guide chacun de ses choix : décisions, relations, achats - plus rien n’est laissé au hasard. L’auteur à succès inspire aussi les studios Small Bang et The Neb, qui travaillent actuellement à l’adaptation en bande défilée de La Horde du Contrevent.

Plongée dans les textes théâtraux avec la création numérique

Le projet Les Loges de Joris Mathieu et Nicolas Boudier invite le visiteur à un tête-à-tête unique de quelques minutes avec un interprète virtuel, pour une plongée dans l’intimité d’un texte théâtral.